FEIGENBAUM Hermann, Luise [153]

Herman FAJGENBAUM [Musée de Malines, CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Herman FAJGENBAUM [Musée de Malines, CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Hermann FEIGENBAUM dit FAJGENBAUM est né le 22 novembre 1898 à Binswangen (Allemagne) et est marié avec Luise KRATZ née le 15 mai 1903 à Dusseldorf (Allemagne). Le couple s’est marié à Dusseldorf le 05 août 1930.

Cerfificat de mariage de Hermann FEIGENBAUM et Luise KRATZ [DAVCC 21 P 449174]

Tous deux sont de nationalité yougoslave et sont arrivés dans un premier temps en Belgique en mars 1933. Au moment de l’invasion de la Belgique, ils se réfugient en France. Il se dirigent vers Pornic où ils effectuent tous les deux une demande de carte d’identité en juillet 1940 auprès de la mairie de Pornic. Ils habitent alors 29, rue de Paimboeuf.

Demande de carte d’identité d’Herman FAJGENBAUM [Archives Municipales de Pornic I5]
Demande de carte d’identité de Louise FAJGENBAUM [Archives Municipales de Pornic I5]

Hermann et Louise FEIGENBAUM ont été rajoutés de manière manuscrite sur la liste simple du recensement du 27 septembre / 20 octobre 1940 des Juifs de l’arrondissement de Saint-Nazaire sous le numéro 153.

Liste recensement [ADLA 1694W25]
Liste recensement [ADLA 1694W25]

Ils sont dirigés sur le Maine-et-Loire où ils résident aux Ponts-de-Cé dans la Villa La Roseraie, rue Diderot. Hermann FEIGENBAUM est arrêté par les Autorités Allemandes le 11 novembre 1942 puis convoyé par la gendarmerie d’Angers et interné à Drancy sous le numéro 3827. Il est dirigé sur le camp de Beaune-la-Rolande le 09 mars 1943 et envoyé à Saint-Pérey-la-Colombe près de Bricy (Loiret). Il est rattaché au camp de Drancy le 12 juillet 1943 et renvoyé de Beaune à Drancy le 06 août 1943. Il est déporté de Drancy vers Auschwitz le 02 septembre 1943 par le convoi n°59.

Liste convoi 59 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste convoi 59 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Louise FEIGENBAUM, son épouse, émigre aux Etats-Unis le 24 février 1948 de Southampton à bord du paquebot Queen Mary en ayant obtenu un visa à Anvers par l’entremise de la HIAS américaine de Bruxelles (HIAS : Hebrew Immigrant Aid Society). Elle arrive à New-York le 03 mars 1948 et donne comme référence une personne de la famille résidant à San-Francisco.

Après-guerre (1947), Luise FEIGENBAUM qui avait émigré en Belgique (3, rue de l’Industrie à Vilvorde et 85, rue Vanderlinden à Bruxelles) demandera une attestation de déportation au Ministère des Prisonniers et Déportés. Elle fournit par ailleurs deux attestations de témoins (S. SOLONI et Maurice WEINBERG) qui certifient que Hermann FEIGENBAUM est décédé d’une pneumonie en mars 1944 dans le ghetto de Varsovie. Un certificat de décès sera dressé par les Autorités Françaises.

ANGEL Salomon, Lucie, Isaak, Esther, Rachel, Joseph, Sarah, Jacques, Yvonne [16]

de gauche à droite
rangée du haut : Salomon, Lucie, Isaak, Esther
rangée du bas : Rachel, Joseph, Sarah, Yvonne (manque la photo de Jacques)

Salomon ANGEL est né à Smyrne le 15 décembre 1903 [Père : ANGEL Isaac et Mère : Sarah ADATO]. Salomon est marié depuis le 28 octobre 1924 à Paris (11ème arrondissement) avec Léa dite Louise ELNEKAVE née en avril 1904 à Constantinople [Père : Joseph ELNECAVE et Mère : Rachel LEVY].

Acte de Mariage de Salomon et Léa ANGEL [Archives Municipales de la mairie de Paris]
Acte de Mariage de Salomon et Léa ANGEL [Archives Municipales de la mairie de Paris]
Extrait d'acte de mariage 1949 [DAVCC Caen, 21 P 418 410]
Extrait d’acte de mariage 1949 [DAVCC Caen, 21 P 418 410]

Le couple a 7 enfants :

  • Isaak Isakito né le 29 août 1925 à Lille
  • Esther née le 06 novembre 1926 à Lille
  • Rachel Ruth née le 14 janvier 1928 à Lille
  • Joseph Pierre né le 15 avril 1929 à Lille
  • Sarah Mathilde né le 03 juillet 1930 à Lille
  • Jacques Pierre né le 03 novembre 1937 à Lille
  • Yvonne née le 23 février 1940 à Saint-Nazaire

Salomon ANGEL est issu d’une famille juive sépharade de Smyrne. Son père, Isaac, sabotier, incorporé dans l’armée turque est décédé du typhus en 1919. C’est donc veuve que Sarah, sa mère, élève ses 6 autres frères et soeurs. Salomon est arrivé le 15 mai 1920 en France, sur Paris. Il a donc 17 ans et il est probable que dans un premier temps, il loge chez son oncle et sa tante Samuel et Oro AROUETE dans le 11ème arrondissement.
Léa dite Louise dite Lucy ELNECAVE est issue d’une famille également sépharade de Constantinople. La famille est arrivée en France en septembre 1919 et loge au 79, rue Saint-Maur dans le 11ème arrondissement également. Léa a quatre autre frères et soeurs

Le quartier du 11ème arrondissement est un quartier très cosmopolite qui accueille en grande partie les Juifs arrivant de Turquie ou de Grèce.

Salomon exerce la profession de marchand ambulant puis quitte Paris pour Lille. Au moment de son mariage, il habite chez sa mère Sarah au 3/5 rue du Faisan en 1924. Son adresse indiquée sur son livret d’allocations aux réfugiés indique en 1939 22, rue Massena à Lille. Salomon est commerçant textile sur les marchés et Lucie élève ses six enfants. Salomon et son épouse seront naturalisés le 25 décembre 1936.

Extrait Journal Officiel Naturalisation [DAVCC Caen, 21 P 418 410]
Extrait Journal Officiel Naturalisation [DAVCC Caen, 21 P 418 410]

Leur date d’arrivée à Pornic n’est pas connue mais il est vraisemblable qu’ils arrivent en septembre 1939.

A son arrivée, la famille est hébergée dans un logement de fortune, puis elle s’installe à la villa « Les Alouettes ». Lors des bombardements de la rade de Saint-Nazaire visant à couler le Lancastria et les autres navires, le 17 juin 1940, une bombe tombe sur la villa. Gros dommages à la villa, mais toute la famille est sauve. Elle déménage. La famille « Salomon », nom sous lequel elle est communément connue,  habite alors la villa « Ker Jeannette ». source :

source : http://cetaitautemps.e-monsite.com/pages/autour-d-esther-angel/la-famille-angel.html?+=

Villa Ker Jeannette
Villa Ker Jeannette source : http://cetaitautemps.e-monsite.com/pages/autour-d-esther-angel/la-famille-angel.html?+=

Entre le 27 septembre et le 20 octobre 1940, Salomon ANGEL se fait recenser auprès de la sous-préfecture de Saint-Nazaire sous le numéro 16 conformément à la 1ère ordonnance allemande du 27 septembre 1940.

Ordonnances allemandes [ADLA 1694W20]

Extrait liste dactylographiée du recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée du recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]

Salomon ne peut plus exercer aucun travail et va être employé comme manoeuvre avec son fils Isaak sur Saint-Nazaire.

Une enquête est menée en novembre 1941 au sujet de Léa ANGEL pour savoir si elle s’était bien fait recenser. Léa va se déplacer ou communiquer avec les services de la sous-préfecture pour leur préciser qu’il s’agit de sa soeur, Régine.

Courriers préfet de l’Aveyron/sous-préfet de Saint-Nazaire novembre/décembre 1941 [ADLA 1694W21]

La famille est arrêtée entre le 15 et le 17 juillet 1942 à son domicile à Tharon.

Circonstances de l'arrestation de la famille ANGEL [DAVCC Caen, 21 P 418 410]
Circonstances de l’arrestation de la famille ANGEL [DAVCC Caen, 21 P 418 410]

Le 15 juillet ou 16 juillet 1942,  Vidal Angel, frère de Salomon et son épouse Lucie Arouete  avaient été arrêtés à Pornic. 

Des voisins parviendront à alerter Salomon. Cependant la famille, d’une part veut se croire protégée par sa nationalité française, d’autre part n’a pas d’échappatoire : on ne « disparaît » pas facilement à 9. Peu après, est-ce le même jour, est-ce le lendemain 16 juillet ?, les Allemands vont dans un 1er temps chercher Salomon et Isaac qui travaillent aux chantiers de l’atlantique à St Nazaire, puis le reste de la famille à son domicile. Le camion bâché de triste mémoire termine sa tournée de ramassage par Esther qui, ce midi-là, déjeune avec Rolande, chez la famille Delépine à Ker Gatus. -Les différents sites relatant l’arrestation indiquent des dates différentes entre 15 et 17 juillet, Rolande, ma maman a son anniversaire le 16 juillet, cela aurait pu constituer un repère, ça ne l’est pas.

source : http://cetaitautemps.e-monsite.com/pages/autour-d-esther-angel/la-famille-angel.html?+=

La famille est dirigée sur Nantes puis internée au Grand Séminaire à Angers.

Les enfants de moins de 16 ans et les personnes de plus de 55 ans sont rayés de la liste du convoi numéro 8 partant pour Auschwitz le 20 juillet 1942, le convoi n°8 n’étant constitué que d’hommes et femmes en âge de travailler mais il y a des erreurs sur cette liste.

liste convoi 8 [CDJC, Mémorial de la Shoah Paris]
liste convoi 8 [CDJC, Mémorial de la Shoah Paris]

Salomon, Isaak et Esther sont déportés par le convoi numéro 8 tandis que Léa et le reste des enfants plus jeunes sont dirigés le jour même sur le camp de La Lande à Monts près de Tours où ils arrivent par train à 15h31.

Entrées/Sorties Camp de La Lande [ADIL 120W18]
Entrées/Sorties Camp de La Lande [ADIL 120W18]
Plan Camp de la Lande [Archives Nationales, F/7 15059]
Plan Camp de la Lande [Archives Nationales, F/7 15059]

En août 1942, Sarah ANGEL, la mère de Salomon (et Vidal), apprenant les arrestations, écrit au Préfet de Loire-Inférieure pour savoir où se trouvent les familles arrêtées. [ADLA 1694W25]

Alors que la lettre de Sarah ANGEL montre une profonde détresse face aux arrestations de sa famille, la réponse du Préfet de Loire-Inférieure est brutale dans sa froideur administrative.

Léa 35 ans, Rachel 14 ans, Joseph 13 ans, Sarah 12 ans, Jacques 4 ans et Yvonne 2 ans et demi ont été transférés du Camp de La Lande fin août/début septembre 1942 vers Drancy.

Fiches d’internement du Camp de Drancy [Archives Nationales F9/5676 et F9/5742]

Ils sont ensuite déportés par le convoi numéro 34 du 18 septembre 1942 de Drancy à Auschwitz. Ils ont été gazés à leur arrivée.

Liste convoi 34 18 septembre 1942 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste convoi 34 18 septembre 1942 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

En l’absence d’informations, Salomon et Isaak ont été déclarés Morts en Déportation entre deux et cinq jours après l’arrivée du convoi numéro 8 qui arrive à Auschwitz le 23 juillet.

Esther a été sélectionnée le 23 juillet pour rentrer dans la partie concentrationnaire du camp. Elle est décédée le 03 septembre 1942. Elle avait 15 ans.

Death Book of Auschwitz [Yad Vashem en ligne]
Death Book of Auschwitz [Musée d’Etat d’Auschwitz, Yad Vashem en ligne]

De nombreuses feuilles de témoignages seront déposées à Yad Vashem en mémoire de la famille. Mme DELEPINE, amie d’Esther, a rédigé un blog en mémoire des familles ANGEL à cette adresse : http://cetaitautemps.e-monsite.com/pages/autour-d-esther-angel/la-famille-angel.html?+=

Une plaque a été inaugurée en présence des descendants de la famille en avril 2018.

Sarah dite Sarota ANGEL, 11 rue Pache dans le XIème arrondissement à Paris, la mère de Salomon, s’occupera des démarches administratives auprès du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre après-guerre, en ce qui concerne l’obtention du statut de Déporté Politique.

ANGEL Sarah (NR)

Sarota (prénom usuel Sarah) ANGEL née ADATO est née en 1877 à Smyrne (Turquie) et est mariée avec Isaac né en 1873 à Smyrne. Le couple a 7 enfants dont Salomon et Vidal. Isaac exerce la profession de sabotier et au moment de la 1ère guerre mondiale s’engage aux côtés de l’armée turque et meurt du typhus en 1919. Sarah ANGEL connaît des moments difficiles, veuve avec 7 enfants, et toute la famille migre en France en juin 1922, Sarah exerçant la profession de ménagère. Ils habitent au 63, rue Sedaine à Paris dans le 11ème arrondissement puis Sarah habite cette-fois-ci à Lille au 3/5, rue du Faisan avec au moins son fils Salomon au moment du mariage de celui-ci en octobre 1924 puis déménage au 11 rue Pache (11ème arrondissement Paris) [Logement déclaré par Sarah au moment du mariage de son fils Vidal en mars 1929].

Nous ne connaissons pas la date d’arrivée de Sarah à Pornic mais il est vraisemblable qu’elle arrive en même temps ou en tout cas au moment de l’entrée en guerre puisqu’Oro est arrivée à Pornic le 04 septembre 1939. Le 08 novembre 1939, elle effectue une demande de renouvellement de carte d’identité et elle loge à Pornic, quartier de Gourmalon, Villa Les Genêts avenue de l’Océan (avec Oro et Samuel donc). Il est d’ailleurs fortement probable que Sarah aille habiter chez l’un de ses fils Vidal quai Leray à Pornic.

Archives Municipales de Pornic [I5]

Sarah quitte Pornic avant le recensement du 27 septembre/20 octobre 1940 sans précision de destination. Elle n’a pas été déportée et décède en 1967 à l’âge de 90 ans. Ses deux fils, Vidal et Salomon, leurs épouses et les sept enfants de Salomon seront déportés par différents convois et seront exterminés à Auschwitz-Birkenau. En juillet 1945, elle se présente à l’Hôtel Lutétia, ne sachant ce que sont devenus ses fils, belles-filles et petits-enfants. Un certificat de déportation lui sera remis à cette occasion et c’est elle qui s’occupera d’obtenir les statuts de déportés politiques pour toute les familels.

AROUETE Oro, Samuel [143]

Oro AROUETE 1934 [ADLA 4M925]
Oro AROUETE 1934 [ADLA 4M925]
Oro AROUETE 1940 [ADLA 4M925]
Oro AROUETE 1940 [ADLA 4M925]

Oro (ou Ora) AROUETE née ADATO est née à Smyrne en 1881 et est mariée avec Samuel AROUETE né en 1885 dans la même ville. Samuel et Oro sont les parents de Lucie ANGEL et Oro est la soeur de Sarah AROUETE épouse ANGEL. Ils se sont mariés le 03 août 1920 à Paris (11ème arrondissement) où ils résident au 63, rue Sedaine et au moins jusqu’en 1940.

Acte de MAriage de Samuel AROUETE et Oro ADATO [Archives Municipales de Paris, en ligne]
Acte de MAriage de Samuel AROUETE et Oro ADATO [Archives Municipales de Paris, en ligne]

Oro arrive à Pornic le 04 septembre 1939 et réside alors à Pornic rue Pasteur Villa Philadelphia. Son mari Samuel n’est pas présent puisqu’ engagé sous les drapeaux depuis le 1er septembre 1939. Les deux époux sont présents en octobre 1939 (démobilisation de Samuel ?) et ils effectuent les 21 et 24 octobre 1939 une demande de renouvellement de cartes d’identité auprès de la mairie de Pornic. Il est probable que toutes les familles se réunissent ensemble à Pornic (familles Salomon ANGEL, Vidal ANGEL et Sarah AROUETE). Oro et Samuel ont déménagé de la Villa Philadelphia vers la Villa Les Genêts à Gourmalon en octobre 1939 où ils habitent avec Sarah ANGEL.

Le 08 octobre 1940, elle se fait recenser auprès des services de la Préfecture de Loire-Inférieure en tant que Juif sous le numéro 9. Elle a déménagé de Gourmalon pour loger chez sa fille et son gendre quai Leray à Pornic.

Extrait registre dactylographié du recensement [ADLA 1694W25]
Extrait registre dactylographié du recensement [ADLA 1694W25]

Son nom est par ailleurs reporté (ou sait-elle déplacée une deuxième fois) sur la liste de recensement de l’arrondissement de Saint-Nazaire sous le numéro 143.

Extrait liste dactylographiée du recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée du recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]

C’est son nom qui apparaît sur les listes de recensement car Samuel est retourné sur Paris à son domicile en Octobre 1940. Sur cette liste de recensement de Saint-Nazaire, elle est déclarée en tant que veuve avec un enfant. Il s’agit d’une erreur car Samuel et Oro ont au moins un autre enfant prénommé Léon.

Oro n’a pas été déportée et a quitté Pornic avant les arrestations de l’été 1942. A priori, Samuel non plus décédé en 1961. Son fils Léon (convoi n°1 de Drancy) et sa fille Lucie (convoi n°8 d’Angers) sont déportés au cours de l’année 1942 et ont tous les deux été exterminés à Auschwitz-Birkenau.

Dossier d’étranger de Samuel et Oro AROUETE [ADLA 4M925]

BACH Bernard (NR)

Bernard BACH est né le 02 février 1885 à Brăila (Roumanie). Il exerce la profession de ferblantier et loge à Pornic, boulevard Thiers, Villa Ker Léone.

Il effectue une demande de renouvellement de carte d’identité le 15 novembre 1939 auprès de mairie de Pornic. Il n’est pas recensé sur l’arrondissement de Saint-Nazaire.

Dossiers Etrangers [Archives Municipales Pornic, I5]
Dossiers Etrangers [Archives Municipales Pornic, I5]

Bernard BACH est déporté par le convoi numéro 37 du 25 septembre 1942 de Drancy à Auschwitz à l’âge de 57 ans. Il n’en reviendra pas.

Liste convoi 37 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste convoi 37 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

KOLP Sarah [29]

Sarah KOLP est né le 02 mars 1853 à Nantes (6ème canton) [Père : Maurice MARX et Mère : Sophie SILZ]. Elle est veuve d’Auguste KOLP [né le 30 novembre 1832 à Francfort] et s’était mariée le 20 mai 1878 à Nantes.

Etat civil Sarah KOLP [Archives Nantes, 1E931]
Etat civil Sarah KOLP [Archives Nantes, 1E931]
Acte de mariage KOLP/MARX [DAVCC Caen, 21 P 469 783]
Acte de mariage KOLP/MARX [DAVCC Caen, 21 P 469 783]

A 87 ans, Sarah KOLP passe sa retraite à Sainte-Marie-sur-Mer au Porteau avec son frère Lajeunesse MARX et une nièce Emma KOLP. En septembre/octobre 1939, ils quittent Sainte-Marie pour Pornic, rue des Sables.

La ferme le Porteau Sainte-marie-sur-Mer © collection particulière
La ferme le Porteau Sainte-Marie-sur-Mer © collection particulière

Entre le 27 septembre et le 20 octobre 1940, Sarah KOLP se fait recenser auprès de la sous-préfecture de Saint-Nazaire (ou mairie de Pornic) sous le numéro 29.

Extrait liste dactylographiée recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]

Sarah KOLP récupère sa carte d’alimentation auprès de la mairie de Pornic le 08 novembre 1941 (catégorie V, personnes de plus de 70 ans).

Registre cartes d’alimentation [Archives Municipales de Pornic, H15]

Elle est arrêtée avec son frère et sa nièce à Pornic le 15 juillet 1942 à son domicile par les autorités allemandes puis transportée sur Nantes puis Angers au Grand Séminaire. Elle fait partie du convoi numéro 8 mais est déposée à Drancy.

Listes arrestations [ADLA 1694W25] et liste convoi 8 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Les informations concernant son arrestation ont été transmises à Paris pour être répertoriées dans le fichier dit « De Brinon ».

[DAVCC Caen, 21 P 469 783]
[DAVCC Caen, 21 P 469 783]

Internée dans le camp de Drancy, elle est dirigé vers l’hospice de vieillards dépendant de l’hôpital Rothschild au 76 rue de Picpus dans le 12ème arrondissement à Paris. Les personnes malades ou âgées sont toujours considérées comme prisonniers du camp de Drancy.

Prisoner lists of camp Drancy; Letter dated 26.8.1942  with the names Jews, whose detention in the hôpital Rotschild [ITS Bad Aolsen, https://collections.arolsen-archives.org/en/archive/1-1-9-1_2183000/?p=1&doc_id=11184373]
Prisoner lists of camp Drancy; Letter dated 26.8.1942 with the names Jews, whose detention in the hôpital Rotschild [ITS Bad Aolsen, https://collections.arolsen-archives.org/en/archive/1-1-9-1_2183000/?p=1&doc_id=11184373%5D

décède le 12 septembre 1942 au 15, rue Santerre. C’est Pierre MONIN, chef électricien de l’hôpital qui déclare le décès auprès de la mairie du 12ème arrondissement, elle avait 89 ans.

[DAVCC Caen, 21 P 469 783]
[DAVCC Caen, 21 P 469 783]

Jacques ISIDOR, son petit-fils, s’adressera à la fin de la guerre au Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre afin d’obtenir le certificat de décès de sa grand-mère.

Acte de Décès de Sarah KOLP [Archives de Paris, D408_0093]
Acte de Décès de Sarah KOLP [Archives de Paris, D408_0093]

MARX Lajeunesse [28]

Les grands magasins MARX et Cie sont créés à Nantes à la fin du XIXème siècle par Lajeunesse MARX et exploités conjointement par des membres de la famille : Jean et Marcel.

Almanach administratif et commercial 1880 [Château des Ducs de Bretagne, Nantes]
Almanach administratif et commercial 1880 [Château des Ducs de Bretagne, Nantes]

Ils se situent 18, rue du Calvaire et 5, rue Lafayette en plein centre. En juillet 1925, la famille vend ses actions aux Galeries Lafayette afin que les produits vendus soient achetés via la Centrale d’achat des Galeries Lafayette.

Lajeunesse MARX est né à Nantes (6ème canton) le 28 mai 1856 [Père : Maurice MARX et Mère : Sophie SILZ]. Il ne se mariera jamais.

Acte de naissance de Lajeunesse MARX [Archives Municipales de Nantes]
Acte de naissance de Lajeunesse MARX [Archives Municipales de Nantes]

Lajeunesse MARX effectue son service militaire en 1874 dans le 113ème Régiment d’Infanterie stationné à Nantes qu’il termine un an plus tard. Il effectue très régulièrement des périodes d’instruction qui le feront passer au grade de lieutenant. En raison de son âge, il ne participera pas à la 1ère guerre mondiale.

Registre Matricule de Lajeunesse MARX [ADLA, 1R0711]
Registre Matricule de Lajeunesse MARX [ADLA, 1R0711]

Il a pris sa retraite en bord de mer où la famille possède une maison d’habitation entouré d’un vignoble de 3 hectares au Porteau à Sainte-Marie-sur-Mer. Il habite chez sa nièce Emma KOLP (69 ans) avec sa soeur Sarah KOLP (86 ans). En septembre/octobre 1939, les trois personnes déménagent pour aller habiter chez Sarah KOLP rue des Sables à Pornic.

La ferme le Porteau Sainte-marie-sur-Mer © collection particulière
La ferme le Porteau Sainte-marie-sur-Mer © collection particulière

Entre le 27 septembre et le 20 octobre 1940, Lajeunesse MARX se fait recenser auprès de la sous-préfecture de Saint-Nazaire où il est répertorié sous le numéro 28 (ou mairie de Pornic).

Les autorités Allemandes ordonnent au mois d’octobre 1940 que tous les Juifs du département de Loire-Inférieure doivent déposer leur appareil de TSF. Lajeunesse MARX déposera le sien auprès des Autorités Allemandes à Pornic le 04 novembre 1940

Confiscation des Postes de TSF [ADLA 1694W24]

Il est arrêté entre le 15 et le 17 juillet 1942 avec sa soeur et sa nièce puis transportés sur Nantes puis Angers au Grand séminaire.

Il est rayé de la liste du convoi numéro 8 d’Angers vers Auschwitz et fait partie de la liste des 14 hommes qui descendent à Drancy.

Liste convoi 8 [CDJC, Mémorial d ela Shoah, en ligne]
Liste convoi 8 [CDJC, Mémorial d ela Shoah, en ligne]

Il est interné à Drancy d’où il est libéré avec sa nièce Emma, sa soeur Sarah y décède. Il habite en novembre 1942 1, rue Renée Pauline dans le 6ème arrondissement.

1, rue René Pauline Paris (6ème arrondissement) [Archives Photographiques de la Mairie de Paris, 11FI4753]
1, rue René Pauline Paris (6ème arrondissement) [Archives Photographiques de la Mairie de Paris, 11FI4753]



SIMON Lucien, Jeanne, Yvonne, [Madeleine, Eliane, Frédéric] (NR)

Lucien SIMON est né le 16 mai 1869 à Paris (4ème arrondissement) [Père : Félix SIMON, doreur et Mère : Rachel BLOCH]. Il se marie le 03 janvier 1901 à Paris (9ème arrondissement) avec Jeanne LEFI née le 22 avril 1875 à Nantes (6ème canton) [Père : Moïse LEFI, négociant et mère : Frédérique Lucie MARX].

Les témoins lors de la naissance de Jeanne LEFI sont Cerf MARX, propriétaire et Edouard SILZ, négociant et les témoins lors du mariage de Lucien et Jeanne sont Auguste KOLP et Bernard MARX.

De cette union vont naître Yvonne née le 17 octobre 1901 à Dunkerque, Madeleine née le 10 novembre 1903 à Dunkerque, Eliane Sophie Rachel née le 20 août 1907 à Dunkerque et Frédéric Gaston né le 03 novembre 1909 également à Dunkerque.

Actes d’Etat Civil [Archives Départementales du Nord et Archives de la Mairie de Paris, en ligne]

Lucien SIMON a été professeur au Collège Jean Bart à Dunkerque et habitait à l’époque place de la petite Chapelle. Il est par ailleurs Officier d’Académie. Au moment de sa retraite, il quitte Dunkerque pour Paris où il habite 117, boulevard Jourdan dans le 14ème arrondissement au moment du mariage de sa deuxième fille en 1936. Yvonne SIMON exerce la profession d’Institutrice.

La famille SIMON est étroitement liée aux familles MARX/KOLP qui possède quelques biens immobiliers sur Pornic et c’est sans doute la raison pour laquelle la famille (Lucien, Jeanne et l’aînée des filles, Yvonne, célibataire) vient s’y réfugier, plus précisément au 17, rue des Sables à Pornic.

Frédéric Gaston SIMON, le fils de Lucien et Jeanne est mobilisé au début de l’entrée en guerre entre la France et l’Allemagne et sera fait prisonnier de guerre et interné en Allemagne au Stalag Xb sous le matricule 871.

Lucien SIMON n’est pas recensé sur l’arrondissement de Saint-Nazaire mais Lucien, son épouse Jeanne et sa fille Yvonne sont arrêtés à Pornic le 15 ou 16 juillet 1942 puis transférés sur Nantes puis Angers.

Listes d’arrestations [ADLA 1694W25]

Yvonne est déportée par le convoi numéro 8 d’Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Elle avait 40 ans.

Liste Convoi 8 20 juillet 1942 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste Convoi 8 20 juillet 1942 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Jeanne et Lucien sont rayés de la liste du convoi et font partie des 29 personnes descendues à Drancy.

Jeanne est accueillie à l’Hôpital Rotschild puis transférée sur Pithiviers d’où elle est déportée par le convoi numéro 35 de Pithiviers vers Auschwitz le 21 septembre 1942. Elle périt à Auschwitz, elle avait 67 ans.

Liste Convoi Pithiviers-Auschwitz 21 septembre 1942 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste Convoi Pithiviers-Auschwitz 21 septembre 1942 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Lucien échappe à la déportation et décède à Paris (12ème arrondissement) le 25 août 1954.

Eliane, en mai 1945 envoie une lettre au Ministère des Internés et Déportés pour avoir des nouvelles de sa soeur et de sa mère.

Lucien, qui s’est retiré à Périgueux, fait de même en 1946.

[DAVCC 21 P 539 204]

Un conseil de famille se réunit en 1956 en présence de Madeleine SIMON (mariée à André CARDON), Frédéric Gaston SIMON, directeur du centre d’Etudes Psychotechniques au Ministère du Travail et de mademoiselle Eliane Sophie Rachel SIMON, secrétaire peu de temps après le décès de leur père afin d’établir les cartes de déportés auprès du ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre.

AARON Emile, Lucie, Edmée, Suzette [31]

Emile AARON est né le 15 novembre 1893 à Bouxviller (Bas-Rhin) [Père : AARON Israël et Mère : ?]. Il s’est marié le 11 janvier 1921 à Niederbronn-les-Bains (Bas-Rhin) avec Lucie DREYFUS née le 04 juin 1897 à Niderbronn-les-Bains [Père : Moses DREYFUS et Mère : Anna FLEXNER]. Deux enfants vont naître de cette union : Edmée, l’aînée née le 30 octobre 1921 à Niederbronn-les-Bains et Suzette, la cadette, née le 14 avril 1924 à Niederbronn-les-Bains.

Acte mariage AARON/DREYFUS [Mairie Niederbronn-les-Bains]
Acte mariage AARON/DREYFUS [Mairie Niederbronn-les-Bains]

Evacuée d’Alsace Lorraine à l’entrée en guerre au tout début de septembre 1939, la famille est réfugiée à Pornic et réside Villa l’Escale rue Jeanne d’Arc.

Conformément à la 1ère ordonnance allemande, la famille AARON effectue le recensement auprès de la sous-préfecture de Saint-Nazaire ou la mairie de Pornic où elle figure en numéro 31.

Extrait liste recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]

Au cours de l’automne 1941, Emile AARON signe le registre pour récupérer les cartes d’alimentation de la famille.

Registre des cartes d’alimentation [Archives Municipales de Pornic, H15]

La famille est arrêtée à Pornic le 16 juillet 1942 puis transférée sur Nantes puis Angers, information transmise dans le fichier De Brinon à Paris au mois d’août 1942.

Liste arrestations Loire-Inférieure et arrondissement de Saint-Nazaire [ADLA 1694W25]

Lucie, Edmée et Suzette sont déportées par le convoi numéro 8 d’Angers à Auschwitz le 20 juillet 1942.

Liste Convoi 8 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste Convoi 8 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Emile est rayé de la liste du convoi numéro 8 et fait partie des 14 hommes descendus à Drancy. Nous ignorons la raison de ce débarquement et sur cette liste, il est précisé qu’il habite rue Jeanne d’Arc à Pornichet. (?)

Emile AARON est déporté par le convoi 35 de Pithiviers à Auschwitz le 21 septembre 1942.

Extrait liste convoi 35 Pithiviers Auschwitz [CDJC, Mémorial de la Shaoh, en ligne]
Extrait liste convoi 35 Pithiviers Auschwitz [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Fiches cartonnées camps d'internement [CDJC, Memorial de la Shoah, en ligne]
Fiches cartonnées camps d’internement [CDJC, Memorial de la Shoah, en ligne]

Toute la famille a été exterminée à Auschwitz. Emile avait 48 ans, Lucie son épouse, 45 ans, Edmée 20 ans et Suzette 18 ans. De nombreuses feuilles de témoignage ont été déposées à Yad Vashem.

A la fin de la guerre, le Ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre réunit une documentation (dont des documents sur Auschwitz) afin de renseigner les familles.

[DAVCC Caen 26 P 820]
[DAVCC Caen 26 P 820]

En 1948, monsieur AARON, proche parent d’Emile, résidant 25, rue Lemercier dans le 17ème arrondissement à Paris tente de déclarer judiciairement le décès de la famille puis c’est Georges EHRLICH, avocat à Strasbourg, qui s’occupe de déclarer judiciairement les décès.

LEISCHENER Dora, Lucien [NR]

Lucien LEISCHENER (DAVCC 21 P 475 407]
Lucien LEISCHENER (DAVCC 21 P 475 407]

Dora LEISCHENER née FELDMANN est née le 19 novembre 1872 à Kichinev (Russie) en Bessarabie. Dora réside à Paris au 9 puis 11, rue Bargue dans le 15ème arrondissement.

Joseph et Dora LEISCHENER, Recensement 1936 [Archives de Paris, D2M8_634]

Son mari, Joseph, exerçait la profession de ferblantier à son compte. Les affaires sont difficiles, Joseph fait régulièrement passer des annonces dans la presse afin de trouver du travail à façon. Veuve (Joseph décède pendant l’exode de 1940), Dora se réfugie à Pornic avec sa fille Marthe ROSENTHAL, et ses deux petits-enfants , Gilbert et Sylvie dans la même villa, villa Ker Phi-Phi rue de la Terrasse.

Villa Ker Phi-Phi, rue de la Terrasse Pornic © collection particulière
Villa Ker Phi-Phi, rue de la Terrasse Pornic © collection particulière

Elle s’est fait recenser comme sa fille en septembre/octobre 1940 dans un premier temps sur l’arrondissement de Nantes mais ne figure pas sur les listes de l’arrondissement de Saint-Nazaire et quitte Pornic en août 1942.

Marthe ROSENTHAL vient récupérer la carte d’alimentation de sa mère et de son frère le 10 décembre 1941 auprès de la mairie de Pornic.

Registre cartes d’alimentation [Archives Municipales Mairie de Pornic, H15]

Extrait liste dactylographiée Nantes [1694W25]
Extrait liste dactylographiée Nantes [1694W25]

A son arrivée à Paris au 11, rue Bargue à Paris (15ème arrondissement), une enquête est menée par la Préfecture de Police d’abord en août 1942 puis en mars 1943 pour savoir si elle a bien effectué le recensement et si elle est donc en règle avec les mesures antisémites, ce qui est le cas.

Dora LEISCHENER n’a pas été déportée. Sa fille Marthe, ses deux petits-enfants, Gilbert et Sylvie seront déportés par différents convois.

Lucien LEISCHENER né le 01 décembre 1908 à Paris (3ème arrondissement), son fils, et qui était marié à Clermont-Ferrand depuis le 25 juin 1932 avec Yvonne Jeanne René BLATEYRON est arrêté hors de son domicile après 20 heures le 09 mars 1942 puis interné à Drancy. Dora, sa mère, recevra deux courriers de son fils du camp. Il est déporté par le convoi numéro 1 du 27 mars 1942 de Drancy à Auschwitz. Il est enregistré dans le camp sous le matrcule 28635 et décède à Auschwitz le 14 avril 1942, moins d’un mois après son arrivée à l’âge de 33 ans. Il avait effectué son service militaire en 1928 (numéro matricule au recrutement : 3871)

Tables alphabétiques du recrutement [Archives de Paris, D3R1_308]
Tables alphabétiques du recrutement [Archives de Paris, D3R1_308]
Acte de naissance de Julien LEISCHENER [Archives Mairie de Paris 3N 150]
Acte de naissance de Lucien LEISCHENER [Archives Mairie de Paris 3N150]
Death Book of aUSCHWITZ [Yad Vashem, en ligne]
Death Book of Auschwitz [Yad Vashem, en ligne]

Dora LEISCHENER s’occupera des formalités administratives concernant l’état civil de son fils auprès du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre.