HONIKSFELD Mejlach, Dora, Jeanne

Mejlach HONIKSFELD 1938 [ADML 120W61]
Mejlach HONIKSFELD 1938 [ADML 120W61]
 Meilach HONIKSFELD 1941 [ADML 120W61]
Mejlach HONIKSFELD 1941 [ADML 120W61]

Mejlach HONIKSFELD est né le 02 octobre 1894 à Wlodawa, ville située à l’est de la Pologne près de la frontière ukrainienne et biélorusse. Arrivé en France en mai (ou février) 1919, Mejlach est marié avec Dora née le 07 septembre 1909. Le couple a un enfant, Jeanne née le 08 mai 1932 et habite Saint-Sébastien à Pornichet. Mejlach exerce la profession d’artisan-horloger et est originaire de Metz.

Réfugiés de l’Est de la France et plus précisément de Metz qu’ils quittent le 18 mai 1940, Mejlach et Dora arrivent six jours plus tard le 24 mai 1940 dans un premier temps à Saint-Nazaire au 55, rue Thiers .Mejlach HONIKSFELD se signale auprès de la mairie de Pornichet le 06 juin 1940 venant de Saint-Nazaire 55, rue Thiers et loge dorénavant à Saint-Sébastien de Pornichet puis le lendemain déménage Villa Michel Huguette, avenue de la Villès Chevissens à Pornichet. Tout étranger se déplaçant d’une ville à l’autre doit se signaler auprès des autorités administratives (mairie, commissariat) au départ et à l’arrivée pour faire viser sa carte d’identité ou son récépissé. Ces nombreux changements de logement sont dus au fait que les communes doivent faire face à un afflux massif de réfugiés en mai/juin 1940 et les mairies ont toutes les peines du monde dans l’organisation de l’accueil de ceux-ci.

Visas étrangers [Archives Municipales de Pornichet 2I3]
Visas étrangers [Archives Municipales de Pornichet 2I3]

Entre le 27 septembre et le 20 octobre 1940, Mejlach se déclare en tant que Juif auprès de la sous-préfecture de Saint-Nazaire (ou mairie de Pornichet) sous le numéro 102.

Extrait liste dactylographiée recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]

La Préfecture de Loire-Inférieure liste par ailleurs les ressortissants slovaques, polonais, autrichiens et allemands et une fiche (sans date) est établie à son nom.

Etat des Polonais, Slovaques, Autrichiens, Allemands, sans date [ADLA 1694W25]
Etat des Polonais, Slovaques, Autrichiens, Allemands, sans date [ADLA 1694W25]

Dans le cadre du « désenjuivement de l’économie française », toute personne d’origine juive supposée tenir un commerce doit déclarer son entreprise auprès de la Préfecture de Loire-Inférieure. C’est ce que fait Mejlach le 11 novembre 1940 mais il ne tient aucun commerce : il est ouvrier horloger au 73, avenue de la Gare à Pornichet.

Mejlach HONIKSFELD quitte l’arrondissement de Saint-Nazaire pour Nantes entre le 25 octobre et le 25 novembre 1940 puis est expulsé le 25 novembre 1940 vers le Maine-et-Loire.

Etat de changement de résidence des Juifs de l'arrondissement de Saint-Nazaire novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Etat de changement de résidence des Juifs de l’arrondissement de Saint-Nazaire novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Recensement des Etrangers [Archives Municipales de Pornichet, 2I1]
Recensement des Etrangers [Archives Municipales de Pornichet, 2I1]

La Mairie de Pornichet tient un registre alphabétique des personnes susceptibles de recevoir une carte d’alimentation. Mejlach n’y apparaît pas. La zone côtière étant devenue zone côtière interdite, il était impossible pour Mejlach de retourner à Pornichet. En revanche, son épouse Dora ainsi que leur fille Jeanne y sont présents. Mais ce ne sont pas eux qui viennent récupérer leur carte. Thérèse NOËL vient récupérer celle de Jeanne le 18 novembre 1941 et André ou Thérèse DELACHAUME viennent récupérer celle de Dora le 20 décembre 1941. Ils habitent tous au 73 avenue de la Gare. Les cartes individuelles d’alimentation étant nominatives, il est probable que par prudence ou pour rendre sevice, une personne proche se soit déplacée pour les récupérer et les donner à Dora et Jeanne.

Registre de distribution des cartes d'alimentation [Archives Municipales de Pornichet, 4H107]
Registre de distribution des cartes d’alimentation [Archives Municipales de Pornichet, 4H107]

A Angers, Mejlach HONIKSFELD habite dans un premier temps à l’Hôtel de la Gare à Angers [29 novembre 1940] puis loge dans un garni au 14, rue Voltaire et exerce la profession d’ouvrier horloger en chambre pour le compte de Jules TARDIF [1941] qui tient un magasin d’horlogerie à La Baule au 147, avenue de Paris, personne vraisemblablement rencontrée lors de son séjour en presqu’île puisque l’avenue de Paris (actuelle avenue Ninon) est située à la limite de Pornichet dans le quartier du Guézy.

Contrat de travail rédigé par Jules TARDIF pour le compte de Meilach HONIKSFELD [ADML 120W61]
Contrat de travail rédigé par Jules TARDIF pour le compte de Mejlach HONIKSFELD [ADML 120W61]

Suite à la 8ème ordonnance allemande du 29 mai 1942 et entrée en vigueur le 07 juin 1942, les Juifs âgés de plus de 6 ans, enfants compris, doivent porter une « insigne spéciale »: l’étoile juive.

Suite à la publication de cette ordonnance largement relayée par voie de presse, Mejlach est invité à se présenter au commissariat d’Angers afin de percevoir son étoile (qu’il paiera contre deux tickets textile). Il est l’un des tout premiers à la faire dans le département.

Liste dactylographiée de distribution de l'étoile pour les Juifs [ADML 303W92]
Liste dactylographiée de distribution de l’étoile pour les Juifs [ADML 303W92]

Mejlach HONIKSFELD est arrêté et remis le 18 juin 1942 au SIPO-SD (Sicherheitspolizei [Sipo]-Sicherheitsdienst [SD] d’Angers qui l’incarcère à la prison du Pré Pigeon à Angers secteur allemand à 21h45.

Registre alphabétique d'écrou de la prison du Pré Pigeon secteur allemand [ADMA 1920W316]
Registre alphabétique d’écrou de la prison du Pré Pigeon secteur allemand [ADML 1920W316]

Le motif de la détention n’est pas précisé sur le registre. La prison du Pré Pigeon est gérée conjointement par les Autorités Allemandes et les Autorités Françaises. Lorsque ce sont les allemands qui incarcèrent, les détenus sont dirigés et gérés dans le côté allemand de la prison. Lorsque ce sont les autorités françaises qui incarcèrent, ils sont cette fois-ci gérés et incarcérés côté français. Les Autorités allemandes rendent compte plus ou moins régulièrement et de façon très succincte aux autorités françaises du sort des prisonniers incarcérés.

Mejlach HONISFELD a été arrêté pour « défaut de port de l’insigne « Juif » et s’est suicidé dans la nuit du 19 juin 1942 en se pendant dans sa cellule. Le commissaire de police précise dans son rapport au préfet du Maine-et-Loire du 20 juin 1942 que sa femme l’avait quitté et induit donc qu’il s’agit d’un décès pour raison sentimentale.

NDLR : Exerçant la profession d’horloger en chambre, juif, arrêté pour non port de l’étoile jaune, il semble peu probable que Mejlach se soit suicidé pour raison sentimentale et c’est bien une mesure antisémite qui provoque son incarcération. Les personnels du SIPO-SD, service de police et de sécurité de la SS, pratiquent couramment la torture et ont peut-être tenté d’en savoir plus sur les activités d’horlogerie de Mejlach HONIKSFELD qu’ils assimilent à tort ou à raison à des fabricants de bombes…

Fiches Individuelles des personnes arrêtées par les autorités allemandes [ADML 303W292]
Fiches Individuelles des personnes arrêtées par les autorités allemandes [ADML 303W292]

Il figure dans le relevé du Carré n°48a, monument aux victimes des Camps Nazis du Travail forcé 42-45 – Cimetière de l’Est où il est enterré en tant que fusillé comme otage juif. Ce qui est donc une erreur. Dora et Jeanne ne seront pas déportées.

Dossier d’étranger de Mejlach HONIKSFELD [ADML 120W61]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s