JACOB Marcelle, [René, Colette, Monique] [82]

Marcelle JACOB née SEXER est née à Nantes (5ème canton) le 05 mai 1889 et est marié depuis le 07 août 1919 (Paris, 16ème arrondissement) avec René JACOB né à Chartres le 06 novembre 1885. Le couple a deux enfants : Colette née le 31 janvier 1921 à Nantes et Monique née le 13 avril 1927 à Nantes également. En 1914, il est employé de commerce, en 1919 commerçant en maroquinerie Il habite Paris au moment de son mariage et le couple habite Nantes à partir de 1921.

René JACOB effectue son service militaire à compter du 08 octobre 1906 au 54ème Régiment d’Infanterie jusqu’au 24 septembre 1908 en étant promu caporal. On lui accorde un certificat de bonne conduite.

A la mobilisation de la 1ère guerre mondiale le 03 août 1914, il est réaffecté au 54ème Régiment d’Infanterie et promu dès son arrivée au grade de sergent. Il est blessé le 14 septembre 1914 à Berry au Bac avec fracture du cubitus droit par balle, lésion traumatique partielle du médian et impotence fonctionnelle du pouce droit. Il est cité une première fois à l’ordre du régiment : « Officier très brave, s’est fait remarquer par sa belle attitude au combat du 14 septembre 1914 où il a été grièvement blessé » Il rejoint l’Ecole des Elèves Aspirants de Saint-Maixent en 1916. Il est cité une seconde fois en 1917 à l’ordre du Régiment : « Au cours d’un très violent bombardement, a fait preuve du plus grand courage en se précipitant au secours de 8 blessés et en leur faisant assurer des soins ». Il sera cité une troisième fois en 1918 : « Officier courageux et dévoué possédant de rares qualités de coup d’oeil et de sang-froid, s’est particulièrement distingué lors des attaques du 04 octobre 1918 en allant sous un violent bombardement ennemi donner des ordres à des sections de mitrailleuses et assurer leur mise en place dans la parallèle de départ. » Il recevra la Croix de Guerre et sera fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

René JACOB tient un magasin d’articles pour fumeurs à Nantes, passage Pommeraye dénommé « Au Pacha » tandis que son épouse Marcelle, vivant au 12, rue Villès-Martin à Saint-Nazaire au moment de son mariage tient un commerce d’articles pour fumeurs/maroquinerie au 30, avenue de la Gare à la Baule. Le commerce de Marcelle n’est ouvert que l’été et toute la famille réside au 20, rue Copernic à Nantes.

Registre du commerce Saint-Nazaire [ADLA 22U153]
Registre du commerce Saint-Nazaire [ADLA 22U153]
Encart publicitaire [La Mouette, 27 septembre 1941, ADLA, Presse en ligne]
Encart publicitaire [La Mouette, 27 septembre 1941, ADLA, Presse en ligne]

Son mari étant mobilisé comme lieutenant à l’entrée en guerre en 1939 et se trouvant en Allemagne, c’est elle qui se déplace à la sous-préfecture de Saint-Nazaire (ou commissariat de la Baule) entre le 27 septembre et le 20 octobre 1940 et à la Préfecture de Nantes (10 octobre 1940) pour se déclarer en tant que Juif conformément à la 1ère ordonnance allemande sous le numéro 82 (pour Saint-Nazaire).

Extrait liste dactylographiée recensement Saint-Nazaire 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée recensement Saint-Nazaire 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée recensement Nantes [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée recensement Nantes [ADLA 1694W25]

Les scellés sont apposés sur le commerce le 03 décembre 1940, une affichette Judische Gesellschaft/Entreprise Juive est apposée sur le commerce, un inventaire est dressé le 05 décembre 1940 et Gabriel HERVOUËT est nommé officiellement administrateur provisoire du commerce en janvier 1941 par le préfet de Loire-Inférieure DUPARD.

Inventaire du magasin [Archives Nationales, AJ38/4598 dossier n°2543]
Inventaire du magasin [Archives Nationales, AJ38/4598 dossier n°2543]

Le commerce estimé à 7000 francs est vendu après avalisation des Autorités Allemandes au prix à Monsieur Gaston PERRAUDEAU, instituteur en retraite, domicilié à Nantes 22, rue Ludovic Lelièvre et l’acte de vente est officialisé devant le notaire Joseph PATRAS à Nantes. Gabriel HERVOUËT percevra sa commission prélevé sur le prix de vente (500 francs). Les époux JACOB seront radiés du registre du commerce et du rôle de la patente et de fait se trouvent sans subsistance aucune.

Interdit de posséder une TSF qui est au nom du beau-père (Gustave), Marcelle ramène sa TSF à la sous-préfecture de Saint-Nazire le 29 septembre 1941.

Marcelle, son mari et ses enfants ne seront pas déportés.

En revanche, sa soeur Yvonne Sarah SEXER née à Nantes le 19 septembre 1894 et mariée à Nantes le 19 janvier 1920 avec Maurice René GOTSCHO déportée à Auschwitz par le convoi numéro 74 au départ de Drancy le 20/05/1944 décédée le 25/05/1944.

Son beau-frère GOTSCHO Maurice né à Paris 11ème le  10 octobre 1896, opticien, déporté à Auschwitz par le convoi numéro 74 au départ de Drancy le 20/05/1944 décédé le 25/05/1944.

Son premier neveu : GOTSCHO Bernard né à  Nantes le  31 mars 1926 déporté à Auschwitz par le convoi numéro 74 au départ de Drancy le 20/05/1944 décédé à Weimar (Buchenwald) le 07 avril 1945.

Son deuxième neveu : GOTSCHO Claude né à Nantes 18 mai 1923 déporté à Auschwitz par le convoi numéro 74 au départ de Drancy le 20/05/1944 décédé à Weimar (Buchenwald) le 07 avril 1945.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s