HARTMANN Robert, Simone, Colette, Jacqueline [67]

Robert HARTMANN est né le 09 septembre 1897 à Paris (8ème arrondissement) [Père : HARTMANN Charles, tapissier-décorateur et Mère : LEVY Louise] et est marié avec Simone Caroline DREYFUS (prénom usuel Simone) née le 25 septembre 1904 à Paris (10ème arrondissement) [Père : DREYFUS Georges, représentant de commerce et Mère : Andrée Blanche STERN]. Ils se sont mariés le 05 novembre 1921 à Paris (16ème arrondissement). Ils ont deux enfants : Colette Micheline née le 28 juillet 1923 à Paris (16ème arrondissement) et Jacqueline Françoise (prénom usuel Jacqueline) née le 24 novembre 1930 à Paris (16ème arrondissement).

Actes d’état civil [Mairie de Paris, en ligne]

Robert HARTMANN est incorporé dans l’armée française le 03 septembre 1917 comme canonnier dans le 3ème Régiment d’Artillerie Coloniale puis est classé dans les Services Auxiliaires pour albuminérie, asthénie cardiaque, tachycardie et est affecté le 15 mai 1918 dans la 20ème section de secrétaires d’Etat-Major puis au 19ème Escadron du Train le 05 juin 1918. La commission de réforme de Saint-Nazaire le 19 août 1918 le déclare inapte provisoirement à faire campagne.

Registre Matricule recrutement Seine de Robert HARTMANN Matricule 2679 [Archives de Paris, D4R1 1974]
Registre Matricule recrutement Seine de Robert HARTMANN Matricule 2679 [Archives de Paris, D4R1 1974]

La famille arrive dans un premier temps à Saint-Brévin l’Océan dans la Villa Le Jade le 11 octobre 1939 puis se dirige sur La Baule (date d’arrivée inconnue). Robert exerce la même profession que son père Charles, à savoir tapissier-décorateur mais en mai 1940 il s’inscrit au registre du commerce de Saint-Nazaire et ouvre un café-dancing, le Romance, au 17, avenue Georges Clémenceau à La Baule avec Jacques MANCINI, lui-même propriétaire d’un hôtel à Saint-Nazaire, l’Hôtel de Bretagne, rue Villès-Martin. Le café ferme fin juillet 1940 et Robert HARTMANN prend la direction du café La Frégate dépendant de l’Hôtel de Bretagne qu’il quittera peu de temps après suite à un désaccord avec la gérante de l’hôtel.

17, avenue Georges Clémenceau LA BAULE © collection particulière
Registre du commerce Tribunal de Saint-Nazaire [ADLA 22U153]
Registre du commerce Tribunal de Saint-Nazaire [ADLA 22U153]

Entre le 27 septembre et le 20 octobre, Robert HARTMANN se déclare en tant que Juif auprès de la sous-préfecture de Saint-Nazaire conformément à l’ordonnance allemande du 27 septembre de la même année sous le numéro 67.

Extrait liste dactylographiée recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]

Simone et Colette HARTMANN quittent la Baule pour Paris en février 1941 au 57, rue de Flandres dans le 19ème arrondissement.

Contrôle déplacement israélites [ADLA 1694W25]
Contrôle déplacement israélites [ADLA 1694W25]

La famille est arrêtée le 20 juillet 1942 à la gare d’Austerlitz, alors que munie de faux-papiers, elle est contrôlée dans le train et cherchait à gagner la zone libre. La famille est condamnée le 07 octobre 1942 par la 17ème Chambre Correctionnelle à 6 mois de prison pour usage de faux en matière de carte d’identité française. Après avoir purgés leurs peines, ils sont appréhendés par des inspecteurs de la 5ème section des Renseignements Généraux le 02 mars 1943 et internée successivement au Camp des Tourelles pour les femmes et à Fresnes pour Robert puis internée à Drancy à compter du 09 novembre 1943. Robert, sans doute malade, sera évacué sur l’hôpital Rotschild un temps avant son incarcération à Drancy.

Fiches d’internement Camp de Drancy Robert HARTMANN [Archives Nationales F9/5699/154229-154234]

Fiches d’internement Camp de Drancy Simone HARTMANN [Archives Nationales F9/5699/154240-154241]

Fiche d’internement Camp de Drancy Colette HARTMANN [Archives Nationales F9/5699/154214]

Robert, Simone et Colette HARTMANN sont déportés par le convoi numéro 62 du 20 novembre 1943 de Drancy à Auschwitz. Robert avait 46 ans, Simone 39 ans et Colette 20 ans et ils ont été exterminés à Auschwitz. Jacqueline n’a pas été déportée et a été prise en charge par le frère de Robert, Paul HARTMANN Architecte 22, rue Paul Valéry Paris (16èmr arrondissement).

Liste convoi 62 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste convoi 62 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

A l’arrivée du convoi le 23 novembre 1943, David GUERCHENSON témoigne du sort réservé à la famille : montée dans un camion, ils ont été dirigés vers les chambres à gaz d’Auschwitz.

[DAVCC Caen, 21 P 461 693]

Louise HARTMANN, la mère de Robert obtiendra, le 17 novembre 1944, un certificat attestant de la détention et de la déportation de la famille et le frère de Robert, Paul HARTMANN, architecte, 22 rue Paul Valéry, Paris (16ème arrondissement) s’occupera des démarches administratives auprès du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Jacqueline APFEL (qui s’est mariée) et réside au 7, rue Gustave Flaubert à Paris dans le 17ème arrondissement (en 2000) s’occupera également des certificats et attestations.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s