SPRINGER Isaac, Marie-Anne, Charlotte (NR)

Isaac SPRINGER 1939 [ADLA 4M922]
Isaac SPRINGER 1939 [ADLA 4M922]
Charlotte SPRINGER [ADLA 4M922]
Charlotte SPRINGER [ADLA 4M922]

Issac et son épouse Marie-Anne sont réfugiés au Pouliguen accompagnés de la mère d’Isaac Charlotte.

Isaac ou Izak est né à Cracovie le 28 octobre 1893 [Père : Abraham SPRINGER et Mère : Szyfra POSS] et est marié avec Marie-Anne JOVE (Jové) [Père : Raymond Emmanuel JOVE et Mère : Françoise Jeanne DELSOUC]. La mère d’Isaac, Szyfra (prénom usuel Charlotte) née POSS est née le 24 avril 1856 à Cracovie. Le couple qui est marié depuis le 08 novembre 1934 à Paris (18ème arrondissement) habite au 3, rue du Général Grossetti à Paris dans le 16ème arrondissement tandis que Charlotte habite au 4, rue Fléchier dans le 4ème arrondissement. Certainement au décès de son mari Abraham, Charlotte déménage chez son fils Isaac qui exerce la profession de brocanteur en bijoux ou courtier en bijoux.

[DAVCC 21 P 540 562]
[DAVCC 21 P 540 562]
Recensement 1936 Auteuil [Archives de Paris D2M8_643]
Recensement 1936 Auteuil [Archives de Paris D2M8_643]
Recensement 1936 [Archives de Paris D2M8_578]
Recensement 1936 [Archives de Paris D2M8_578]

Isaac, Marie-Anne et Charlotte arrivent au Pouliguen à l’automne 1939 pour repartir sur Paris pour Isaac et Marie-Anne deux mois après en décembre 1939 et pour Charlotte le 10 décembre 1940. Ils résident alors au Pouliguen Rue Jean-Jacques Villa « Mad Léa » puis avenue de l’Océan Villa « Pi-Do ».

Isaac SPRINGER est arrêté à son domicile de la Rue du Général Grossetti sur dénonciation par la police française le 03 février 1944 (Il y était caché), la concierge de l’immeuble Ernestine LANDELLE témoignant de l’arrestation puis interné à Drancy le 04 février 1944.

Carnet de fouilles Isaac SPRINGER [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Carnet de fouilles Isaac SPRINGER [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Il est déporté par le convoi numéro 70 de Drancy à Auschwitz le 27 mars 1944 et a été exterminé à Auschwitz à l’âge de 50 ans. Ni son épouse, ni sa mère n’ont été déportées.

liste convoi 70 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
liste convoi 70 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Son épouse Marie-Anne JOVE s’occupera des formalités administratives après-guerre auprès du ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre.

Dossier d’étranger d’Isaac SPRINGER [ADLA 4M922]

Dossier d’étranger de Charlotte SPRINGER [ADLA 4M922]

CHUSTKA Ephraïm (NR)

Ephraïm CHUSTKA [ADLA 4M651]
Ephraïm CHUSTKA [ADLA 4M651]

Ephraïm CHUSTKA est interné au camp des réfugiés du Croisic. (date et motif de l’internement inconnu). Né le 21 avril 1906 à Varsovie [Père : Mordko CHUSTKA et Mère : Marejm LESNA], il est célibataire. Il réside habituellement à Paris, 5, rue Debelleyne dans le 3ème arrondissement.

Il est arrêté sous un faux-nom (PAROW Valentin) par la police allemande à Saint-Cassin (Savoie) puis interné à Chambéry avant d’être transféré sur Drancy le 16 mars 1944. Il résidait au moment de son arrestation à Saint-Alban-les-Eaux (Loire) et y exerçait la profession de tailleur. Il est déporté moins de 15 jours plus tard le 27 mars 1944 par le convoi numéro 70 de Drancy vers Auschwitz.

Carnet de fouilles Drancy [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Carnet de fouilles Drancy [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste convoi 70 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Ephraïm a été exterminé à Auschwitz-Birkenau, il avait 37 ans. Son père Mordko, arrêté le 17 février 1943 puis interné à Drancy est déporté par le convoi numéro 49 du 02 mars 1943 vers Lublin. Il avait 63 ans.

Liste convoi numéro 49 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste convoi numéro 49 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Son frère, Szlama CHUSTKA, se déplace en 1960 au Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre afin d’établir les formalités administratives concernant la disparition et le décès d’Efraïm.

Fiches cartonnées dossier d’étranger [ADLA 4M651]