PERLSTEIN Armand, Marguerite Paulette, Yvette,Robert [108]

Robert Paulette et Yvette PERLSTEIN [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Robert Paulette et Yvette PERLSTEIN [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Arrivée d’Allemagne en 1938 (à confirmer), la famille PERLSTEIN se réfugie à La Baule dans la villa Les Anémones, avenue des Evens. Cette villa construite par Marcel RIGAUD entrepreneur de travaux publics et également maire de La Baule servait de maison témoin pour l’entrepreneur qui y avait utilisé des matériaux révolutionnaires pour l’époque. C’est dans cette villa, inoccupée donc, que sont accueillies un certain nombre de réfugiés (en septembre 1939) ; ils sont tous dans cette villa de nationalité allemande ou de langue allemande [Famille SAENGER, Famille LEVY née VOSS [la mère d’Armand], Famille LEVY née PERLSTEIN [la soeur d’Armand) ].

Villa "Les Anémones" Avenue des Evens La Baule  © collection particulière
Villa « Les Anémones » Avenue des Evens La Baule © collection particulière

La famille PERLSTEIN a francisé tous les prénoms : Marguerite (Grete) PERLSTEIN née MEYER est née le 07 avril 1905 à Cologne et est mariée avec Armand (Hermann) PERLSTEIN né le 03 septembre 1895 à Dorsten de profession boucher. Le couple a trois enfants : Paulette (Ursula Paula), l’aînée, née le 26 juin 1930 à Dorsten, Yvette (Ingeborg), la cadette, née le 05 mars 1933 à Dorsten et Robert (David), le benjamin, né le 12 décembre 1937 à Dorsten.

Entre le 27 septembre 1940 et le 20 octobre 1940, Marguerite PERLSTEIN se déclare en tant que Juif à la sous-préfecture de Saint-Nazaire (ou commissariat de La Baule) sous le numéro 108.

Extrait liste dactylographiée du recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]
Extrait liste dactylographiée du recensement 08 novembre 1940 [ADLA 1694W25]

La famille va quitte rapidement l’arrondissement de Saint-Nazaire pour se diriger dans le Lot dans le village de Capdenac. Ils y résident pendant deux ans avant d’être arrêtés en juillet 1942 (date à confirmer). Ils sont internés le 26 août 1942 au camp de Rivesaltes puis dirigés le 04 septembre 1942 sur Drancy.

Fiches d’internement du camp de Drancy [Archives Nationales F9]

Quelqu’un de la famille, oncle Alfred, apprenant l’arrestation et l’internement au camp de Rivesaltes va leur apporter quelques affaires et quelques vivres. A son arrivée au camp, le gardien consule le registre d’internement et déclare : « Ils viennent juste de partir dans le train ». C’est de ce train que leur dernier message écrit jeté par une ouverture du wagon sera ramassé et parviendra, vraisemblablement grâce à un cheminot, au destinataire.

Toute la famille est déportée par le convoi numéro 31 du 11 septembre 1942 de Drancy à Auschwitz.

liste convoi 31 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
liste convoi 31 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

La ville de Dorsten a consacré une page aux familles juives persécutées et/ou déportées dont un paragraphe concerne la famille PERLSTEIN : http://www.dorsten-unterm-hakenkreuz.de/2012/05/28/judische-burger-dorstener-wie-andere-auch-doch-ihr-schicksal-bestimmten-die-anderen/

Des Stolperstseine ont été posées dans une des rues de la ville en mémoire de la famille PERLSTEIN