BROUDO Léon, Paulette

Léon BROUDO [Yad Vashem, en ligne]
Léon BROUDO [Yad Vashem, en ligne]

Arrivé en France dans les années 20 peu de temps après l’incendie de Salonique, Léon BROUDO exerce la profession de chirurgien-dentiste. Leur mère Lucie souhaitait que ses enfants réussissent leurs études ce qui sera le cas quasiment pour tous qui exercent une profession autour de l’art dentaire (dentiste, chirurgien-dentiste, représentant en fournitures dentaires…). Léon est né à Salonique le 23 février 1916 [Père : BROUDO David et Mère : Lucie VEISSID]. Il s’est marié le 30 décembre 1939 à la mairie du 13ème arrondissement avec Paulette PROT, sténodactylographe, née le 11 septembre 1919 à Paris (8ème arrondissement).

Acte de mariage de Léon BROUDO et Paulette FROT [Archives de paris, 13M315]

Léon et son épouse Paulette ainsi qu’Albert et son épouse Esther rejoignent Salomon vivant à Pornichet qui tient un stand d’attractions foraines le 06 septembre 1939. Léon et Paulette résident dans un premier temps en septembre 1939 à leur arrivée Villa Edouard, avenue du Moulin puis se dirige sur le Pouliguen où ils résident place de la Gare, Albert et Esther résidant Villa Colette, 16 rue du Commerce dans la même commune.

Enregistrement des étrangers commune de Pornichet [Archives Municipales de Pornichet]

Entre le 27 septembre et le 20 octobre 1940, Léon se fait recenser en tant que Juif à la maire de Pornichet (ou sous-préfecture de Saint-Nazaire) sous le numéro 5.

Recensement Juifs Arrondissement Saint-Nazaire[ ADLA 1694W25]

Il rejoint Paris au mois de mai 1941.

Etat de changement de résidence des étrangers [ADLA 1803W106]
Etat de changement de résidence des étrangers [ADLA 1803W106]

Léon est arrêté et interné à Drancy le 05 Novembre 1942 puis est déporté le 09 Novembre 1942 par le convoi n° 44 de Drancy à Auschwitz.

D’Auschwitz, Léon est transféré au KL Buchenwald le 10 février 1945 et y décède le 18 mars 1945 à 14h00, il avait 29 ans.

Fiches d’internement [ITS Bad Arolsen]

JANOWSKI Samuel, Tauba, Suzanne

La famille JANOWSKI a été rajoutée de manière manuscrite sur la liste dactylographiée du recensement du 27 septembre au 20 octobre 1940 résidant à Saint-Nazaire.

Liste dactylographiée (simple) du recensement des Juifs de l'arrondissement de Saint-Nazaire [ADLA 1694W25]
Liste dactylographiée (simple) du recensement des Juifs de l’arrondissement de Saint-Nazaire [ADLA 1694W25]

Samuel JANOWSKI est né le 30 août 1901 à Rawa (Pologne) [Père : Chil Alter et Mère : Jenta Zelda YASKOVITCH] et est marié avec Tauba KIERSZ née le 29 décembre 1894 à Rawa (Pologne). Samuel est arrivé en France en 1923 et doit prouver sa nationalité étant donné que le consul général de Pologne à Paris en 1929 l’a destitué de sa nationalité et qu’il devient donc apatride. Il s’adresse à l’Office des réfugiés russes afin d’établir un certificat de naissance.

Archives de l’OFPRA [en ligne]

Le couple a un enfant Suzanne née le 03 juin 1930 à Paris (12ème arrondissement). La famille réside en 1936 au 40, rue du Ruisseau dans le 18ème arrondissement à Paris et Samuel exerce la profession d’ouvrier tailleur et travaille dans la maison LOWINSKI 9, rue des Guillemites dans le 4ème arrondissement.

Recensement 1936 quartier Clignancourt D2M8_675
Recensement 1936 quartier Clignancourt D2M8_675

En 1938, il demande un titre d’identité et de voyage pour se rendre à Londres.

Dossier de JANOWSKI Samuel [Archives Nationales, 19940455/0040]
Dossier de JANOWSKI Samuel [Archives Nationales, 19940455/0040]

La famille est arrêtée au cours de l’été 1942 et déportée par le convoi numéro 8 d’Angers à Auschwitz le 20 juillet 1942. Leur fille Suzanne, 12 ans, n’étant pas déportable en juillet 1942, est dirigée sur le camp de la Lande à Monts près de Tours. Elle est à son tour déportée par le convoi numéro 36 du 23 septembre 1942 de Drancy à Auschwitz.

Listes convoi numéro 8 et 36 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

La famille a été exterminée à Auschwitz, Samuel avait 41 ans, son épouse Tauba 47 ans et leur fille Suzanne 12 ans.

GRAND Maria, Maurice ; TONDOWSKI Josette (NR)

Maria GRAND est réfugiée à La Baule avec ses deux enfants (date et lieu inconnus).

Maria GRAND née CHRAËBER est née à Paris dans le 4ème arrondissement. [Père : Ménassé CHRAËBER, marchand et Mère : Rosalie GRJEBECK, modiste]. Elle s’est mariée une première fois avec Abraham TONDOWSKI le 10 septembre 1925 mais divorce 4 ans plus tard le 11 juillet 1929. De cette union va naître une petite fille Josette TONDOWSKI née le 06 juin 1927 (Paris, 4ème arrondissement).

Elle se remarie 4 ans plus tard le 13 juillet 1933 (Paris, 4ème arrondissement) avec Marcel GRAND né le 11 avril 1908 (Paris, 16ème arrondissement) [Père : Jean Cyrille GRAND, facteur des Postes et Mère : Charlotte Zulma DOLINCOURT, blanchisseuse]. Le couple habite alors rue Saint-Paul, Marcel exerçant la profession de coiffeur et Maria celle de vendeuse. Le couple va avoir un enfant : Maurice né le 25 mai 1935 (Paris, 4ème arrondissement).

Maria, Josette et Maurice se réfugient à La Baule et ne sont pas recensés dans l’arrondissement de Saint-Nazaire à l’automne 1940. Le 08 juillet 1942, la Préfecture de Police de Paris, Direction des étrangers et des affaires juives, 3ème bureau, envoie un courrier à la Préfecture de Loire-Inférieure. Marcel resté à Paris va se présenter le 04 juin 1942 au commissariat de son arrondissement pour récupérer les étoiles jaunes pour lui et pour toute la famille, les deux enfants ayant plus de six ans et déclarent qu’à ce moment-là le reste de la famille habite La Baule. L’information est transmise un mois après aux autorités préfectorales et ce juste avant les grandes rafles de la mi-juillet 1942 pour je cite « A toutes fins utiles » CQFD

Contrôle statut des Juifs [ADLA 1694W21]
Contrôle statut des Juifs [ADLA 1694W21]

Nous ignorons ce qui s’est passé entre 1942 et la fin de la guerre. Marcel décède en 1967, son épouse Maria en 1996 et les deux enfants n’ont pas été déportés.

LEVY Henri (NR)

Henri (ou Henry) LEVY est né en mai 1885 à Minsk (Russie) et exerce la profession de cordonnier. Il est présent (date d’arrivée ou de présence inconnue) sur la commune du Pouliguen et habite sur la Grande Côte près de la Tour Rochereau . Dressée initialement à Angers par un industriel Louis-René ROCHEREAU lors d’une grande exposition en 1895, elle réapparaît dans une version moins haute le 31 juillet 1897 et est inaugurée le 05 septembre de la même année. Autour de la structure métallique se trouvent, un café-restaurant-dancing tenu par Monsieur BOUET jusqu’en 1939 mais également quelques villas. C’est probablement dans une de ces villas (ou éventuelle pension de famille) que loge Henri LEVY.

 La tour Rochereau au Pouliguen. Carte postale, vers 1920. Coll. part.
La tour Rochereau au Pouliguen. Carte postale, vers 1920. Coll. part.

Alors que les Juifs sont soumis à l’obligation de se faire recenser entre le 27 septembre et le 20 octobre 1940 auprès de la sous-préfecture de Saint-Nazaire ou commissariats environnants, il n’apparaît sur aucune liste et ne s’est donc pas déplacé. En revanche et conformément à l’ordonnance allemande du 13 août 1941, il va rendre son poste de TSF le 17 septembre 1941.

Confiscation des poste de TSF [ADLA 1694W24]

Il effectue une demande de renouvellement de carte d’identité d’étranger le 08 mai 1942 aurpès de la mairie du Pouliguen.

Carnet à souches des demandes de cartes d'identité [Archives Municipales du Pouliguen J7]
Carnet à souches des demandes de cartes d’identité [Archives Municipales du Pouliguen J7]

Il est arrêté entre le 15 et le 17 juillet 1942 puis transféré sur Nantes puis Angers au Grand Séminaire. Il est déporté par le convoi numéro 8 d’Angers à Auschwitz du 20 juillet 1942 et est décédé à l’âge de 57 ans.

Liste des arrestations [ADLA 1694W25]
Liste des arrestations [ADLA 1694W25]
Liste convoi numéro 8 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]
Liste convoi numéro 8 [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

GRUNAPFEL Céline (NR)

Céline GRUNAPFEL sans date [AMSB H13]
Céline GRUNAPFEL sans date [AMSB H13]

Céline GRUNAPFEL née BLUM est réfugiée à Paris puis à Saint-Brévin au moment de l’entrée en guerre le 05 septembre 1939 [Visa des Etrangers, AMSB/H13]. Née le 18 novembre 1874 à Kirchen, elle réside dans la commune (sans lieu) venant de Paris (18ème arrondissement) au 4, villa Armand. Elle effectue une demande de renouvellement de carte d’identité en février 1940. Elle demande à ce que sa soeur Jeannette BLUM, restée à Paris, puisse toucher l’allocation militaire qui lui est versée en tant que veuve de guerre en mai 1940.

 Carnet à souches de demande de carte d'identité de Céline GRUNAPFEL sans date [AMSB H13]
Carnet à souches de demande de carte d’identité de Céline GRUNAPFEL sans date [AMSB H13]
AMSB H13
AMSB H13

Elle rejoint Paris avant le mois de septembre/octobre 1940. Elle est arrêtée et internée à Drancy le 28 septembre 1943 puis déportée par le convoi numéro 60 du 07 octobre 1943.

Carnet de fouilles DRANCY de Céline GRUNAPFEL [CDJC, Mémorial de la Shoah, en ligne]

Céline GRUNAPFEL a été exterminée à Auschwitz, elle avait 68 ans.

Liste convoi 60 [CDJC, Mémorial de la Shoah, Paris]
Liste convoi 60 [CDJC, Mémorial de la Shoah, Paris]

LEVI Victoria (NR)

Victoria LEVI 1939 [ADLA 4M946]
Victoria LEVI 1939 [ADLA 4M946]

Victoria LEVI née COHEN née en 1878 à Constantinople de nationalité italienne est réfugiée à La Baule depuis l’automne 1939 jusqu’au 29 août 1940 où elle rejoint son domicile parisien au 92 ter Boulevard Pereire dans le 17ème arrondissement à Paris.

A La Baule, elle habite successivement Villa Florida avenue des Sports puis Villa Ker André allée des Grèbes. Elle n’a à notre connaissance pas été déportée.

Dossier d’étranger de Victoria LEVI [ADLA 4M946]

ROUKINE Ilya (NR)

Ilya ROUKINE 1936 [ADLA 4M946]
Ilya ROUKINE 1936 [ADLA 4M946]

Ilya (ou Elia) ROUKINE est réfugié à La Baule (peut-être avec sa famille) entre septembre 1939 et 1940.

Ilya ROUKINE est né le 29 juillet 1917 à Kiev [Père : Moïse ROUKINE né le 20 octobre 1890 à Tchernigov (Ukraine) et Mère : Fanny MARCUS née également à Tchernigov en 1894. Il a a une soeur : Eve née en 1916.

Il effectue une demande de renouvellement de carte d’identité tout début décembre 1939 et réside alors Villa Fleur des Sables avenue Marguerite à La Baule. Il quitte la presqu’île avant le recensement de 1940 et rejoint Paris au 66, rue Lafayette (9ème arrondissement) avant d’avoir récupérer sa nouvelle carte d’identité de juillet 1940. La famille n’a pas été déportée.

Recensement 1936 [Archives de Paris, 2M8/578]
Recensement 1936 [Archives de Paris, 2M8/578]

Dossier d’étranger d’Elia ROUKINE [ADLA 4M946]